Les haricots tarbais sont aussi à Maure !

 

Une récollet excellente de haricots tarbais pour 2017 !

Les haricots tarbais sont aussi à Maure !

Ramasser les haricots tarbais à Maure : oui, c’est un job comme un autre. Enfin, c’est un petit boulot pour les forts, les costauds et les amoureux de la nature. Des ramasseurs des célèbres haricots tarbais séjournent à Maure. Pratique pour se rendre sur son lieu de travail… à côté !

Que sont les haricots tarbais ?

Comme vous l’explique la page wikipédia des haricots tarbais : ces légumes sont une spécialité du sud de la France. Ils portent le nom de la ville de Tarbes dans le 65 Hautes-Pyrénées.
Les haricots tarbais ont une production locale de haricots. Le nom latin complet est phaseolus vulgaris. On trouve cette spécialité dans le sud de la France. Et plus précisément dans les Hautes-Pyrénées. L’air de production englobe une grande partie des Hautes-Pyrénées, mais aussi certaines communes du Gers (la terre est bonne là-bas !), une partie de la Haute-Garonne, et bien entendu l’extrême bout des Pyrénées-Atlantiques, dont Maure 64460.
Attention ! Attention ! Cocorico ! Nous sommes fiers ! Depuis 1997, le label rouge (eh oui !!!) et l’IGP depuis l’an 2000 consacrent les haricots tarbais. Un cahier des charges spécifiques ordonne et garantie la production. C’est un vrai produit du terroir local français.
Si vous venez passer des vacances dans la région de Tarbes, Pau, Montaner, Vic-en-Bigorre, Lembeye, Morlaas, et Lourdes, il vous faut goûter les haricots tarbais. Venez louer une maison dans le Béarn et faites du tourisme gastronomique dans notre beau pays.

Pour découvrir les coulisses de la production, rendez-vous sur le site de la coopérative des haricots tarbais. Très beau site !

Haricots tarbais : une histoire passionnante !

C’est au début du 18e siècle que débutent l’aventure gastronomique et agricole des haricots tarbais. Les haricots tarbais sont originaires des Amériques. Le nouveau monde à l’époque de Christophe Colomb ! Au XVIIIe siècle, les haricots tarbais traversent la longue chaîne de Pyrénées, et sont plantés par les fermiers béarnais et bigourdans dans les plaines de Tarbes.
Dans les années 1950, la culture du haricot tarbais décline, mais elle renait en 1986. Grande année ! des gens célèbres et extraordinaires sont nés cette même-année !
Peut-être est-ce le tourment Tchernobyl, le nuage radioactif et tout et tout, qui a réveillé le goût pour les plantations locales. On ne le sait pas. Toujours est-il que la culture des haricots tarbais est repartie !
Aujourd’hui, chaque habitant du sud est fier de présenter à ses invités une assiette de haricots tarbais. Cela ne se trouve pas à Paris. La mondialisation n’a pas encore atteint nos chers haricots tarbais.

Dans les années 1920 : l’INRA sélectionne 24 lignées de semence parmi toutes les propositions de fermiers. Mais c’est une seule semence, nommée Alaric, qui obtient le label rouge. Plusieurs variétés, mais une seule a le label rouge.
A cette occasion, la zone de production des haricots tarbais est clairement délimitée.

Haricots tarbais : quelles sont les grandes étapes de la production ?

Les cueilleurs des haricots tarbais établis à Maure, dans la meilleure location vacances pas cher du Béarn, nous ont bien renseignés. Voici ce que nous avons appris sur la production du haricot tarbais.
L’agriculture ne s’improvise pas ! C’est une vraie science.

Le sol qui va accueillir les haricots tarbais est bien préparé au printemps. C’est alors que tout commence. Au milieu du printemps, les fermiers et aujourd’hui les agriculteurs réalisent le semis. Il faut compter un mois complet pour que la plante se développe. Alors le tuteurage sur filet commence. Cela se réajuste progressivement. Il est alors bon d’aérer le sol par buttage et binage.
Ensuite, durant plusieurs mois, le producteur de haricots tarbais travaille à ses plantes. En fonction de culture, des observations, des résultats d’analyses, les producteurs de haricots tarbais doivent fertiliser la terre, l’irriguer, ou encore lutter contre les nuisibles.
La récole des haricots tarbais est exclusivement manuelle. Oui, vous avez bien lu, la récolte des haricots tarbais se fait uniquement à la main. C’est un travail de titan !
Il faut plusieurs passages pour récolter les haricots tarbais. Le haricot frais étant cueilli en gousses de la fin août à début septembre et le haricot sec étant quant à lui ramassé sur la plante du 20 septembre à la mi-novembre.
Par la suite, en fonction des besoins et du climat de la saison, il fat procéder au séchage et à l’égrenage des haricots tarbais. Pour une qualité optimale, il y a un tri progressif des haricots tarbais avant conditionnement.
Une méthode pour se débarrasser des insectes tels que la bruche du haricote (appelés également charançon) est de déposer les grains destinés au semis de l’année suivante au congélateur. En effet, la température (-35 degrés Celsius) éliment les parasites. Ce séjour au congèle dure entre 24 et 48 heures.
Il ne faut pas provoquer de choc thermique aux grains, donc durant la même période, le futur semi repose en suivant au frigo, entre 0 et 4 degrés Celsius. Ensuite, jusqu’à l’année prochaine, les grains sont entreposé entre 10 et 20 degrés.

Haricots tarbais : le goût ?

Quelle est la spécificité qualitative des haricots tarbais ?
Le haricot tarbais est un haricot blanc de grande taille. La peau filante est très fine. Sa chair est fondante et moelleuse. La texture est délicate et non farineuse.
Bon appétit !

Haricots tarbais : une bonne recette !

Voici une recette de haricots tarbais cuisinés à la graisse d’oie.
Accompagnez ce plat d’une viande : un agneau des Pyrénées par exemple.

Ingrédients pour quatre personnes, bons mangeurs :

1 bouquet garni (persil, thym, menthe, laurier)
du sel
1 tête d’ail
1 oignon
1,5 cuillérée à soupe de graisse d’oie
280 g de Haricots Tarbais secs

Voici pour la préparation :
En premier, il faut :
La veille : Faire tremper les haricots secs dans un grand volume d’eau pendant la nuit.
En deuxième, il faut :
Après avoir jeté l’eau, remettre les haricots dans un grand volume d’eau et porter à ébullition pendant 5 minutes.
En troisième lieu, il faut :
Faire fondre un oignon dans la graisse d’oie. Ajouter les haricots blanchis avec l’ail et le persil. Mouiller avec une infusion de menthe, thym et laurier. Laisser cuire pendant une heure. Saler à mi-cuisson.

Résultat : c’est un délice !

Bon appétit !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *